Bienvenue, visiteur ! [ S'enregistrer | Connexion

Salons de massage érotique, pas d’enquête systématique

Blog Échangiste 8 janvier 2011

La police refuse de dire qu’une forme de tolérance s’est installée face aux salons de massage érotique.
Dans leur version officielle, les autorités affirment aussi qu’elles n’ont pas nécessairement besoin d’une plainte pour amorcer une enquête. Évidemment, les « insatisfaits » ne dénoncent pas leur praticienne.

« Ça fait partie des préoccupations. Il n’y a pas d’enquête systématique. Il faut beaucoup d’informations. Pas question d’aller à la pêche devant le tribunal. On sait qu’il y a des annonces, mais ça prend plus que ça », a dit Christine Lebrasseur, porte-parole du SPVQ.

Les enquêteurs travaillent selon le contenu du Code criminel. L’article 210 traite des « maisons de débauche » et l’article 213, de la prostitution. Ils doivent démontrer la sollicitation à l’intérieur et le fait que le client paie pour des services sexuels. Dans un milieu où le non-dit domine, le dossier est complexe.

Derrière des portes closes, entre adultes consentants, la société n’a pas attendu une décision de la Cour suprême du Canada, comme ce fut le cas avec l’échangisme.

1591 vues au total, 2 vues aujourd'hui

Les salons de massages érotiques se disputent les client

Blog Échangiste 7 janvier 2011

Dans l’industrie du sexe, la véritable concurrence se retrouve dans les salons de massage érotique, qui sont près d’une vingtaine à se disputer les clients seulement dans la région de Québec.
Contrairement à l’échangisme, les clients sont très nombreux à prendre rendez-vous, s’il faut en croire l’offre élevée de services discrets. À Montréal, les prix varient même autour de 30 $ pour 30 minutes. À Québec, il faut payer le double et même un peu plus. Les visiteurs ne se soucient guère que le massage soit californien ou thaïlandais.
Pour lui, par elles, dit-on. « Certaines fantaisies peuvent s’ajouter lors de votre séance », écrit-on sur une autre page.
Tout le monde ou presque se souvient de la scène où Danielle, étudiante interprétée par Geneviève Rioux, suivait un cours d’histoire d’une seule main avec le professeur Pierre (Curzi), allongé sur la table dans Le déclin de l’empire américain, en 1986.

Extras tolérés
« Juste à Sainte-Foy, il y en avait six. J’ai vendu le mien. On ne se fait pas trop écœurer par la police, mais il ne faut pas leur rire en pleine face non plus. Il peut y avoir des extras qui sont tolérés. Ils viennent vérifier s’il n’y a pas de fellation, de complet ou de fille mineure. Ça prend des plaintes. Partout, le nombre de clients par jour est assez frappant. Certains reviennent toutes les semaines à 100 $ », raconte Tanya. « Je masse parfois des couples », ajoute Vicky.
Les établissements ne s’affichent jamais sur l’immeuble. Ils sont pourtant nombreux dans plusieurs secteurs d’affaires ou industriels. Le Plaisir des sens, Iris, Exotika, Ultime détente, la Coquine, Ydem, 7e Ciel, le Salon blanc, Senora, Utopia, Shérazade sont présents notamment sur le Web ou dans les journaux. Les adresses sont parfois trompeuses. La sortie se fait souvent à l’arrière de l’édifice.
En toute discrétion
« Avec son atmosphère d’érotisme et de sensualité en toute discrétion, il saura vous faire vivre des moments de purs plaisirs », peut-on lire. « Je suis une sensuelle tigresse aux doigts de fée », affirme Jersey sur sa page.
Selon une partenaire de travail de Tanya, le nombre élevé de salons a fait baisser les profits. « Beaucoup d’escortes se sont tournées vers le massage. Normalement, à 22 h, c’est terminé. Ce sont plus souvent des étudiantes, mais à Limoilou, ça étudie moins qu’à Sainte-Foy! C’est payant, mais à 20 salons, ça diminue vite. »

1056 vues au total, 0 vues aujourd'hui

  • Une soirée de feu dans un club échangiste

    par sur 15 juin 2018 - 0 Commentaires

    Avec ma copine nous sommes dans le libertinage et l’échangisme. Chaque été nous allons dans le sud de la France au Cap d’Agde pour nos vacances. L’été dernier, nous faisons la connaissance d’un couple fort sympathique de notre génération, la trentaine environ. On apprend avec Caroline, ma copine, qu’ils sont mélangistes et qu’ils pratiquent aussi […]