Bienvenue, visiteur ! [ S'enregistrer | Connexion

Clubs échangistes, une pratique toujours marginale

Blog Échangiste 7 janvier 2011

En matière d’échangisme, rien n’a changé depuis l’époque des orgies romaines, croit le psychologue et sexologue Yvon Dallaire.
En 2005, à la suite de la décision de la Cour suprême, le spécialiste et auteur avait rédigé un texte intitulé « Le fantasme du harem ». Aujourd’hui, il croit que ses propos sont toujours d’actualité. Selon lui, les échangistes ne seraient que 2 % au maximum parmi la population active sexuellement.
« Le fantasme est souvent plus fort que la réalité. Il est difficile de vibrer génitalement sans l’esprit ou le coeur mais des gens aiment parfois uniquement le plaisir et l’intensité. »
Selon lui, nul humain, aussi libéré soit-il, n’est à l’abri de la jalousie à la vue de son partenaire en extase avec une autre personne. « L’infidelité au su ou à l’insu n’est jamais banal. Souvent, la femme est réticente mais l’homme devient l’arroseur arrosé puisque sa partenaire peut y prendre beaucoup de plaisir avec plusieurs orgasmes dans une soirée », ajoute M. Dallaire.
Ce dernier ne condamne pas l’échagisme. « Entre adultes consentants, ça ne regarde pas la société. »

Prédiction réaliste

Dès le début de l’année 2006, Jean Hamel, le président de l’Association des échangistes du Québec, avait également prédit avec exactitude que la situation des échangistes reviendrait à la case départ.
« Les proprios étaient vraiment convaincus qu’ils pourraient faire de l’argent en convertissant leur bar en club échangiste. Il y en a qui vont fermer. L’offre est plus forte que la demande », disait-il il y près de cinq ans.

1015 vues au total, 1 vues aujourd'hui

  • Une soirée de feu dans un club échangiste

    par sur 15 juin 2018 - 0 Commentaires

    Avec ma copine nous sommes dans le libertinage et l’échangisme. Chaque été nous allons dans le sud de la France au Cap d’Agde pour nos vacances. L’été dernier, nous faisons la connaissance d’un couple fort sympathique de notre génération, la trentaine environ. On apprend avec Caroline, ma copine, qu’ils sont mélangistes et qu’ils pratiquent aussi […]